6.5.09

La crise, la crise, la crise...


Grande leçon d'hypocrisie ou acte de rebellion... Laurence Ferrari, en introduction d'un sujet "événement" sur la crise dans son JT du 26 mars nous interpelle et se demande si les médias ne parlent pas trop de la crise...
C'est vrai que depuis le début de l'année, les sujets et émissions spéciales consacrés à la crise se multiplient. Tout y passe : les français témoignant de leur galère, les entreprises en pleine déconfiture, les réactions des politiques...
Alors je m'interroge. Doit-on passer notre temps à montrer les difficultés liées à la crise mondiale aussi régulièrement ou au contraire devrions-nous plutôt montrer tout autre chose pour divertir le français déprimé ?
Si la crise occupe aujourd'hui une grande partie de l'espace médiatique, on peut se demander ce dont parlaient les médias avant celle-ci ?
Parce que oui, c'est la crise. Oui, tout le monde est touché... Mais voilà, la vie continue et certains même, s'en sortent très bien. Pourquoi donc prendre le parti de la dépression collective quand, juste à côté de ces Renault, AIG ou encore Continental, il existe des initiatives et des entreprises qui redonnent le sourire.
Parlons donc de la fondatrice de Charlott' Lingerie qui a parcouru 1500 km à vélo pour recruter de nouvelles vendeuses à domicile ou encore du distributeur Sweet Elec dont les ventes de scooters électriques ne cessent de progresser, montrant ainsi que l'écologie est autant, si ce n'est plus, le sujet d'actualité prioritaire.
Alors ok, la crise nous préoccupe... est-ce une raison suffisante pour qu'elle occulte tous ceux qui font avancer les choses dans le bon sens ? Il est peut-être temps de relancer le Journal des Bonnes Nouvelles, produit par Michel Malaussena et Karl Zéro pour Canal + en 2003.

4.5.09

Le premier magazine low cost


Gérard Ponson, à qui l'on doit déjà les très sulfureux Entrevue, Choc ou encore Guts, s'attaque cette fois à la cible féminine. Le 6 avril, 1 nouveau magazine féminin a débarqué en kiosque. Encore 1 me direz-vous ! Effectivement, à côté des Elle, Marie-Claire, Cosmo et Jeune & Jolie, on a vu réapparaître des cartons le magazine 20 ans. Le Monde s'est également lancé dans la bataille avec M.
Alors qu'est-ce qui va faire que Tips (c'est son nom), va se trouver une place dans un marché apparemment très encombré ? La réponse : 1 positionnement bien dans l'air du temps, le low cost et les solutions anti-crise.
La crise, encore la crise... L'idée ne semble pas si originale. Et pourtant, lorsque l'on parcourt les pages shopping de la plupart des féminins, on se dit que la crise est loin. En effet, entre une jupe à 200euros, une paire de chaussures à 500euros et un tube de rouge à lèvres à 50euros, on se demande si les rédacteurs ont conscience que leurs lectrices aussi sont touchées par le marasme économique ambiant. Hormis Public et Closer (ou encore Maxi pour une cible plus âgée), rares en effet sont les pages shopping en rapport avec l'état des porte-feuilles des lectrices.
Tips va tenter d'y remédier en proposant toutes les 2 semaines une sélection déco, gastronomie et mode... à petits prix.
Quoiqu'il en soit, il est encore loin le jour où un magazine incitera ma copine à acheter le mascara Carrefour ou la dernière création de la marque distributeur Tex !!

1.5.09

Ca bouge dans les médias en avril


La société Cap Horn Editions, qui a repris le 29 avril l’hebdomadaire gratuit Sportweek, va relancer le support. C’est en septembre, avec un tirage situé entre 350 000 et 400 000 exemplaires que Sportweek aura droit à une seconde chance.

Le 18 avril, une nouvelle chaîne locale généraliste a été officiellement lancée, sur le canal 20 de la TNT du Nord/Pas de Calais. Wéo, c’est son nom, proposera notamment un flash d’infos quotidien de 7 minutes et un magazine hebdomadaire sur un thème d’actualité régional.

Le 10 avril, un nouveau magazine féminin est apparu en kiosque : Public Look. Premier hors série du magazine, il reprend les recettes qui ont fait le succès de l’hebdomadaire… mais avec plus de pages shopping.

Depuis le 8 avril, VSD arbore un style rafraîchi. Le logo présente un look modernisé tandis qu’à l’intérieur apparaissent des pages « buzz » et un deuxième cahier appelé « week-end » qui traite de loisirs, culture, sorties et tourisme. Si l’évolution du contenu semble pertinente, celle du logo et de la mise en page générale est plus discutable. Le logo par exemple semble avoir été « copier-coller » d’un numéro de Choc !